Un escalier au centre de toute une mise en scène dans une maison à Saint-Tropez

Les couleurs intenses des pierres naturelles, les courbes douces des moulures en plâtre et les effets de lumière tout en nuances donnent le ton à l’intérieur de cette bâtisse dont la pièce maîtresse est un escalier d’une rare élégance. La perfection est le mot d’ordre autour duquel tout gravite.

Luxe, calme et volupté est le titre d’un des chefs-d’œuvre d’Henri Matisse, créé lors d’un séjour du peintre à Saint-Tropez en 1904. Inspiré par la baie des Canebiers, Matisse immortalise un groupe de personnages dans un paysage arcadien, unis dans une nonchalance intime et intemporelle. À quelques pas de cette plage légendaire et de ses inspirations, dans le quartier verdoyant de « La Pierre Plantée » se trouve une propriété de deux hectares, à l’opposé du vieux port tropézien et de ses ruelles grouillantes. Le sujet de Matisse semble y retrouver son écho cent vingt ans plus tard…

item
item

Pour cette maison et ses environs, tout a été conçu dans la finesse et sans faire le moindre compromis à l’ordinaire. Le maître d’ouvrage, un homme d’affaires anglais, a, d’une main sûre, fait appel au designer-architecte australien Peter Mikic, basé à Londres, connu à l’international pour ses créations somptueuses. Ces dernières surprennent par leur dramaturgie élaborée couronnée de plusieurs points culminants, qui accentuent savamment le parcours du visiteur. Dès le début, la cage d’escalier du bâtiment principal est conçue comme un de ces effets « waouh ». Pour la fabrication de cet escalier hors du commun, les deux hommes se sont adressés à EeStairs afin d’être sûrs que leurs attentes extrêmement élevées soient satisfaites.

item
item

Mikic est reparti de zéro pour une réécriture de caractère : le bâtiment et les espaces extérieurs jouent avec des éléments des années trente auxquels se mêlent des détails plus contemporains. L’escalier à l’allure de sculpture moderne répond à ces caractéristiques esthétiques par un geste architectural fort et contrasté. Il est la première chose que les visiteurs voient en entrant, et cette vision ne déçoit pas : au rez-de-chaussée, l’escalier oscille comme un tourbillon et dynamise le hall d’entrée de style Art déco et ses pierres imposantes. La partie supérieure relie le rez-de-chaussée à une mezzanine, la partie inférieure mène à la cave à vin au sous-sol.

item
item

L’escalier est de forme hélicoïdale de section elliptique. Sa balustrade est conçue en deux parties : la finition de la partie extérieure a été réalisée en deux couches de plâtre poli selon une technique complexe qui était déjà utilisée dans l’Antiquité romaine ; la partie intérieure est composée de blocs de marbre coupés au jet d’eau. Le marbre intègre dans sa section inférieure de petits spots en laiton, qui ont été fabriqués par EeStairs spécialement pour cet endroit, selon les dessins de l’architecte. Au premier étage, l’escalier s’ouvre sur un garde-corps en verre avec des bordures et une main courante dorées.

item
item

La production des différents éléments : garde-corps, lumières, structure porteuse en acier, ainsi que la découpe du marbre ont nécessité quasiment cinq mois de travail dans les ateliers d’EeStairs en Hollande et au fournisseur de pierres en Italie. Après le transport en camion-grue à travers l’Europe, il a fallu deux mois supplémentaires à l’équipe d’EeStairs pour installer le tout sur place. Pour finir, les surfaces de marbre et de plâtre ont été légèrement patinées par endroits afin de créer les nuances d’un processus d’usure naturel. Chaque détail est cohérent, et rien n’a été laissé au hasard. Le résultat en est un escalier monumental et résolument contemporain, qui contraste par son mouvement et sa blancheur immatérielle avec le sol et les encadrements des portes. Une maison à forte personnalité a ainsi reçu sa signature.